La foire du drône – Polkas@CNEAI #2

Retour

 

Samedi 14 avril 2018 à 14h

CNEAI, les magasins généraux
Rue de l’ancien Canal – 93500 PANTIN
Métro Ligne 5 station Église de Pantin

 

Dans le cadre de l’exposition « Mon nom est personne » qui se tient du 17 février au 22 avril 2018 au CNEAI Pantin, Polkas@CNEAI a sollicité des poètes, écrivains, en leur demandant de s’adjoindre musiciens, plasticiens, compositeurs, danseurs, vidéastes, dessinateurs, cuisiniers, vignerons, architectes, scientifiques, plombiers, etc… pour qu’ils s’expriment sur le thème de l’anonymat

 

Légère procuration

Didier Bourda, poète et Dimitri Vazemsky, vidéaste Cut-up langagier.
Texte et image. La fluidité visuelle de Vazemsky glissée sur la parlé-bourda des régions subarctiques du Québec et du Labrador. Un drone fait la part du vertical et de l’horizontal, espionne l’ascendant des courants d’air, mélange cendres amérindiennes et gueules noires. Le Nord, j’connais, dit l’un; Etends le sur un cadre! répond l’autre.

Tu veux savoir comment j'm'appelle 

Paul de Brancion, poète et écrivain et Philippe Busser, photographe auteur et créateur sonore
Lecture perforée d’anonymat moucheté. Absenté du nom nous ne sommes pas présents. La mouche- drone de volatile- indique, s’immisce, bourdonne, vrombit mais elle n’est pas là.  C’est ce qu’on entendra

Drone 2 grammes 

Sophie Coiffier, écrivain, Marion Pinaffo et Raphaël Pluvinage, designers Eclairage sur le projet : «Interlude théâtral en 1 acte et 20 tableaux»

Les objets volants etc.
 
Nicolas Vargas, poète performeur et Aurélia Tastet, comédienne
Barbara vit à Londres. Nelson à Arudy. Pas assez près du corps. Trop loin du tchat... Alors ils se font de la virtualité réelle.
A travers cet exposé raggaphysique, on essaiera de résoudre les questions importantes du drone dans le sud ouest ouest de la France durant l’été 1989.

Didier Bourda est né à Pau en 1959.  Quinze années de compagnonnage avec la scène, autour de ses propres textes qui restent une véritable fabrication du langage. Bourda triture des mots (séries, répétitions, deux textes simultanés, enchevêtres pour deux discours différents). Humour, précision dans son décryptage au plus près, au scalpel, une sorte de neutralité dans le regard, sont sa marque de fabrique. Depuis quelques années il travaille aussi la dimension sonore de ses textes avec le designer sonore Martin Antiphon.  Humour, précision dans son décryptage au plus près, au scalpel, une sorte de neutralité dans le regard, sont sa marque de fabrique.  Il est depuis 2003 le directeur artistique de Poésie dans les chais (64). Ses livres sont publiés par L’Atelier de l’agneau, Nuit Myrtide, Voix Editions, Dernier Télégramme et Lanskine. 

Philippe Busser est photographe auteur et créateur sonore. Après une période comme photographe nature et environnement à l’agence BIOS (2003-2009), il photographie et enregistre la vie quotidienne de ses contemporains en même temps qu’il interroge les illusions de notre époque. Auteur de plusieurs expositions et ouvrages (Prix Achille Allier, Prix Allen), créateur de la revue Marge brute, il a notamment collaboré avec Martin de La Soudière, Jocelyne Porcher, Edith Bour, Catherine Thoyer, Jean Lenturlu.

Sophie Coiffier, née à Bayeux en 1967, vit et travaille à Paris et Quimperlé. Elle vient des Arts plastiques, y retourne de temps en temps, les prolonge dans le texte. Elle a publié trois livres aux éditions Mix : Le Paradoxe de l’instant (2007), Les Ciels (2009), Me and my dog (2012). Publication en revues : Perpendiculaire n°11, Le Corps du Texte n°1,2,4 et 5, Le Flux des Mots n°2, revue Rue Saint Ambroise n°17, 23, 27, 29, 39, revue Tina n°9 (éd. ère). Paysage zéro aux éditions de l’Attente (2017).

 

Marion Pinaffo est designer indépendant, diplômée de l’Ensci-les Ateliers à Paris après un DMA métal à Olivier de Serres. Elle a travaillé au studio Doshi Levien à Londres et aussi avec le dessinateur Bonnefrite. Elle collabore également avec l’atelier de graphistes Formes Vives.

Raphaël Pluvinage est un artiste et designer interactif. Il est diplômé de l’Ensci-les Ateliers à Paris et de l’Université Technologique de Compiègne. Il a exposé ses travaux dans plusieurs pays. En France, il a notamment travaillé avec la Gaîté Lyrique à Paris, avec la Cité du design de Saint Etienne et certains de ses travaux font partie du FNAC (Fond National d’Art Contemporain).

Marion et Raphaël travaillent depuis plusieurs années sur des projets communs. Ils ont été lauréats 2016 du prix Audi talents Awards. Ils ont exposé leur création : « Papier Machine » au Musée des Arts Décoratifs lors du Festival D’Days en 2017.

Aurélia Tastet, comédienne, a travaillé avec Olivier Brunhes, la Cie Passage, Angèle Chanjou, l’ensemble Amalgammes (…) Aujourd’hui au sein du collectif Random et de la Cie AIAA avec qui elle a écrit et joue actuellement le spectacle Argent, Pudeurs et Décadences.

 

 

Nicolas Vargas, né en 1980, est infirmier en pédo-psychiatrie depuis 2003. Formé à l’Art-Cru, il anime des ateliers d’expression auprès d’enfants et adolescents. Né d’un père immigré et ayant grandi dans un milieu rural, il revendique une approche poétique populaire et engagée, décomplexée, tournée vers une forme interactive avec le public. C’est animé par ce désir qu’il fonde A.T.I (l’Assaut du Théâtre Imaginaire) en 2008, chargée de promouvoir les écritures modernes par le biais d’ateliers écriture, de spectacles vivants, et la maison d’édition éponyme (revue L’Assaut et collection A-tomes). Côté scène, Nicolas Vargas a su se démarquer par le biais de conférences gesticulées pataphysiques (Makasutra’s-2010), lectures pop-up (Mon écriture est laid – 2011), de nombreuses performances remarquées dans des festivals en France et ailleurs (Sète, Lodève, Lisbonne, Saragosse), son groupe de Spoken Rock (Bleu Ether) et signe des collaborations avec des musiciens reconnus (Jesus Aured, Claire Menguy) ou des poètes (Bernard Noël, Edith Azam).
Outre V.H.S. (Very Human Simplement), aux éditions LansKine, Nicolas Vargas a publié A-vanzar (ed. Plaine Page, Emovere (ed. La boucherie Littéraire).

Dimitri Vazemsky Ecrivain ? Editeur ? Plasticien ? Dilettante professionnel ou guetteur de sens ? Tout cela à la fois ? On cherche ses livres côté librairie, on les retrouve côté galerie ou musée.  » Il est une sorte de Sophie Calle au masculin  » (Geoffroy Deffrennes, La voix du Nord).

Cette soirée est organisée par :

                                  CNEAI
RECHERCHE – TRANSMISSION – CRÉATION
Centre National Édition Art Image
www.cneai.com
Sylvie BOULANGER cneai@cneai.com

Editions LansKine
www.editions-lanskine.fr
Catherine TOURNÉ direction@editions-lanskine.fr

 

Revue SARRAZINE
A.I.C.L.A. Association pour l’Incitation à la Création Littéraire et Artistique
www.sarrazine.com
Paul de BRANCION redaction@sarrazine.com

Avec la participation de :

ET LE SOUTIEN de :